Voici les portraits de chacune des cohortes de Jeunes leaders pour l'environnement. Lors de leur mandat, ces ambassadeur·drice·s pour le climat offrent des conférences à travers la province, créent un projet collectif et certain·e·s ont même la chance de participer aux négociations climatiques internationales.

Cohorte 2020-2021

Sarah Chamberland-Fontaine

Montréal


Étudiante à la maitrise en gouvernance en environnementale, Sarah a toujours été passionnée par la résolution d’enjeux environnementaux. Depuis l’école secondaire, elle s’intéresse à la vulgarisation de phénomènes tels que les changements climatiques et la perte de biodiversité. Elle a monté et présenté dans des écoles une série de conférences sur le sujet et a continué à en parler à travers son emploi d’animatrice scientifique au musée de la Biosphère. En parallèle, Sarah s’investit dans le domaine de la recherche à l’université McGill, où elle a réalisé des projets de modélisation environnementale, d’analyse de politiques environnementales et de gouvernance. Très proche des enjeux de son quartier de naissance, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce à Montréal, elle occupe le rôle de présidente du Conseil jeunesse de son arrondissement, un groupe qui représente la jeunesse auprès du Conseil d’arrondissement et réalise des projets municipaux qui intéressent la jeunesse.

Odile Gauthier-Plamondon

Gatineau


Diplômée du baccalauréat en Études de l’environnement de l’Université de Sherbrooke, Odile s’investit corps et âme dans les luttes sociales et environnementales. Elle est convaincue que l’éducation est le moteur du changement. Afin de joindre la parole à l’acte, au cours de ses études, elle a animé de nombreux ateliers-conférences en éducation relative à l’environnement dans plusieurs cégeps québécois. Elle a pris connaissance de ses passions grâce à l’implication, d’abord en économie sociale et solidaire à la présidence du conseil d’administration de Coopsco Outaouais, puis en environnement dans divers associations et mouvements étudiants. Odile est une touche à tout. C’est d’ailleurs ce qui l’a menée à s’engager bénévolement pendant 6 mois au sein de communautés canadiennes lors de l’Expérience nationale Katimavik. Actuellement à l’emploi pour l’OBNL Enviro Éduc-Action, ses expériences précédentes lui permettent d’apprendre davantage chaque jour et de transmettre ses connaissances à ses concitoyens pour un monde plus juste et un avenir plus vert.

Ève-Gabrielle Grégoire

Montréal


Étudiante en sciences humaines profil Optimonde au Cégep du Vieux Montréal, Ève-Gabrielle rêve depuis longtemps de voir d’immenses changements dans la société. Après avoir siégé deux ans sur le Conseil national des jeunes ministres de l’environnement, elle souhaite se donner de nouvelles opportunités en faisant partie des Jeunes leaders pour l'environnement. Cette dernière réalise actuellement un documentaire abordant divers aspects de la société qui pourraient être repensés, telle qu’une transition écologique. Ève-Gabrielle aimerait se diriger vers un domaine qui aura un impact concret sur notre monde, sans savoir exactement quoi pour l’instant. En janvier dernier, elle a rédigé un mémoire et participé aux consultations pour le projet de loi 44 sur le Fonds vert. Elle est passionnée par les langues, les rencontres interculturelles et le plein air. En 2019, après s’être impliquée auprès d’organismes comme Oxfam et Amnistie Internationale, elle reçoit la médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse.

Élise Guerrero

Montréal


Étudiante dans la Faculté des sciences agroenvironnementales de McGill, Élise est curieuse de nombreuses disciplines et s’applique à brouiller les frontières des sciences et des arts. Impliquée dans des comités de sensibilisation sur la justice sociale dès le secondaire, son implication à long terme est récompensée en 2018 par la médaille du Lieutenant-gouverneur. Au cégep, elle a fait partie du comité environnemental, du comité apicole et du journal étudiant. Elle est présentement coordonnatrice du Club de Permaculture de McGill, sans toutefois cesser de s’associer à d’autres comités étudiants. De multiples événements littéraires marquent aussi son parcours. Professionnellement, elle se spécialise en vulgarisation scientifique par son implication au sein du réseau Technosciences et des Expo-sciences, au Jardin botanique de Montréal et à d’autres occasions. Elle est passionnée d’agriculture écologique, de villes actives, de protection des pollinisateurs et d’accessibilité universelle.

Jude-Elliot Lauzon

Québec


Étudiant en théâtre au Cégep Limoilou, Jude-Elliot est passionné par la diversité tant dans la flore et la faune qu’au sein de la population humaine. Dès son plus jeune âge, il est fasciné par la nature qui l’entoure et par la diversité de sa communauté de Montréal. Lorsqu’il emménage à Québec avec sa famille, il est surpris du manque de diversité et surtout choqué par les inégalités qu’il observe. Arrivé au secondaire, il cherche à s’impliquer dans des activités pour l’environnement et l’inclusion. Aucune chance, son école n’offre qu’une activité de ce genre: Les sentinelles de l’Aide. Tout au long de son secondaire, il s’implique dans ce groupe et cherche à le rendre toujours plus inclusif. Sa véritable lutte pour la justice sociale et l’environnement commence au cégep, alors qu’il devient coordonnateur du comité LGBTQ+ du campus et suit les formations du Gris-Québec. Il participe également à l’émission de radio TransRéalité et est impliqué dans plusieurs organismes LGBTQ+.

Sébastien Maléza

Rimouski


Étudiant au baccalauréat en développement des sociétés et des territoires à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Sébastien s’implique activement dans deux comités environnementaux de l’université. Lors de l’édition 2020 de la semaine rimouskoise de l’environnement, il a organisé et co-animé un panel de discussion sur la transition écologique réunissant le maire de Rimouski, le député provincial ainsi que le député fédéral. Il a travaillé chez Équiterre en tant qu’agent de mobilisation citoyenne. Sébastien a également été sélectionné pour participer au sommet international étudiant pour le climat (UniC), reporté en juillet 2021. Ce dernier s’intéresse à différents enjeux comme la justice sociale, la participation citoyenne, la décroissance et le véganisme. Il milite pour le droit des animaux avec l’organisation Anonymous For the Voiceless. À travers ses implications avec ENvironnement JEUnesse, il aimerait contribuer à faire émerger un débat sur l’exploitation des animaux et les nombreuses conséquences sur l’environnement qui y sont liées.

Tristan Pérez

Montréal


Tristan Pérez est cofondateur du Devoir Environnemental Collectif, un regroupement qui avait pour but de mobiliser les différents cégeps de la province contre l’inaction des gouvernements face à la crise climatique. Il est aussi cofondateur et co-porte-parole de la Coalition Étudiante pour un Virage Environnemental et Social (CEVES). Il a participé à l’organisation de la manifestation citoyenne et étudiante pour le climat du 27 septembre dernier, qui a réuni près d’un demi-million de personnes dans les rues de Montréal. Il souhaite pouvoir prendre le temps d’imaginer ensemble le monde de demain, plutôt que la fin de la vie sous tous ses angles. Titulaire d’une technique en gestion de commerce, il croit que du moment où nous acceptons de voir le monde au-delà d’un système économique, nous arrêtons d’être aveuglés par des désirs irréalistes. Tristan est toujours à la recherche de solution, persuadé que l’un des meilleurs leviers d’action est l’éducation.

Marianne Renauld Robitaille

Longueuil


Marianne Renauld Robitaille est candidate à la maîtrise en études politiques appliquées – cheminement environnement à l’Université de Sherbrooke. Elle détient également un baccalauréat en relations internationales et droit international de l’Université du Québec à Montréal. Membre active du Mouvement d’Action Régional en Environnement (MARE), elle s’intéresse à l’écocitoyenneté ainsi qu’à la prise en charge de la crise climatique et de la transition écologique par les autorités publiques. Tant en grandissant en campagne dans Vaudreuil-Soulanges qu’en vivant à l’étranger pendant quelques mois, elle a pu observer la complexité de faire valoir l’environnement comme une priorité politique. Elle souhaite donc faire comprendre au grand public les connexions entre environnement et société pour susciter l’action en faveur de sa protection. Du point de vue social et culturel, elle estime qu’aucun défi n’est plus grand que celui devant nous, et veut y consacrer toute son énergie.

Solène Tessier

Montréal


Solène Tessier étudie en environnement et enjeux planétaires au cégep Maisonneuve. Passionnée par la mobilisation de masse et la démocratie participative, elle joint le mouvement Extinction Rébellion, dont elle est désormais l’une des coordinatrices. Au secondaire, Solène remporte le Prix du Conseil des commissaires afin de souligner ses différentes implications sociales et environnementales, telles que son bénévolat à l'hôpital et auprès des femmes en difficulté et son voyage humanitaire au Ghana. Solène a eu la chance de suivre des formations variées en entrepreneuriat, ce qui lui valut un prix coup de cœur. Passionnée par la vie, elle est prête à s’investir à fond dans le programme Jeunes leaders pour l’environnement!

Helena Vallée Dallaire

Val-Morin


Helena est une passionnée du décloisonnement: le contact intergénérationnel, interdisciplinaire et entre les diverses formes de vie est ce qui l’anime à toute heure. Artiste en art visuel, elle a étudié auprès de plusieurs créateurs phares du renouveau figuratif aux États-Unis et en Europe et détient une maîtrise de la New York Academy of Art. Ses œuvres traitent principalement de la relation entre les humains et leur environnement naturel. Depuis 2018, elle travaille comme médiatrice culturelle au Musée des Beaux-arts de Montréal et s’implique activement dans divers projets de protection environnementale. Son expérience touche entre autres à l’organisation communautaire et à l’enseignement. Elle croit au pouvoir de l’observation et de l’écoute pour accroître la compassion et l’action collective. Nouvellement employée par l’organisme Waterlution, elle fait de l'éducation environnementale auprès des jeunes, à travers la création d’histoires qui nous relient à l’eau.

Félix Veillette

Granby


Étudiant en fiscalité à l’université de Sherbrooke, Félix Veillette est passionné par l’économie comportementale et cherche sans cesse des incitatifs à agir pour le bien-être de la planète. Initié relativement tard à la cause environnementale, Félix continue d’avoir la soif d’en apprendre toujours plus sur les enjeux climatiques. C’est le manque d’informations vulgarisées autour de la crise climatique qui a poussé Félix à vouloir éduquer la population sur la gravité de la situation actuelle et sur les solutions pragmatiques. En ce sens et dans le but de faire avancer la cause climatique, Félix a donné une conférence sur les différentes manières de rendre populaire l’enjeu climatique au Cégep de Granby. Toujours à Granby, Félix a également mis sur pied Initiatives Vertes pour l’Avenir, un organisme de mobilisation environnemental. La mission centrale de l’organisme est de lutter contre la crise climatique de façon locale en organisant des collectes de déchets, en encourageant les commerces locaux éco conscients et en appuyant les décisions des élu·e·s municipaux.

Alexia Wildhaber-Riley

Montréal


Alexia Wildhaber-Riley est étudiante au baccalauréat en sciences environnementales avec une mineure en économie à l'Université McGill. Impliquée avec Divest McGill et Climate Justice Action McGill, elle est passionnée de justice climatique. Elle a aussi participé au Parlement Jeunesse du Québec en 2019 et y retourne en 2020 pour continuer son apprentissage de la démocratie québécoise. Alexia est toujours à l'affût d'occasions pour agir en solidarité avec d'autres groupes militants, tout en participant à des conférences pour s'informer davantage sur les diverses luttes sociales et sur l'intersectionnalité de celles-ci. Intéressée à la co-création et à participer au changement institutionnel, elle souhaite travailler au gouvernement au niveau municipal, provincial ou fédéral ou s'impliquer en politique. En 2019, elle a reçu la bourse Stephen Bronfman pour les études environnementales pour souligner ses implications au sein de son cégep et de l'Association Scouts du Canada. Elle a hâte d'apprendre des jeunes leaders d'ENvironnement JEUnesse!

Cohorte 2019-2020

Béatrice Allard

Montréal


Étudiante en droit civil à l’Université d’Ottawa, Béatrice Allard est passionnée de justice sociale. Dès l’âge de neuf ans, elle commence à s’impliquer en environnement dans son milieu scolaire. Cet engagement s'est poursuivi tout au long de son secondaire. Pendant cette période, elle a entre autres siégé sur le conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse. Au cours de son double DEC en sciences humaines et piano classique au Cégep de Saint-Laurent, Béatrice a cofondé le podcast 25%, qui vise à créer un dialogue entre les jeunes et les dirigeant·e·s. Féministe engagée, elle a mis sur pied la campagne de sensibilisation Finis donc pas ta phrase pour s’attaquer à l’impact du langage dans la culture du viol. En 2019, ses implications lui ont permis de recevoir une bourse Loran McCall MacBain ainsi que la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse.

Charles-Antoine Barbeau-Meunier

Sherbrooke


Étudiant en médecine à l’Université de Sherbrooke, Charles-Antoine est engagé corps et âme envers la santé du tissu social et la défense de l’environnement. Titulaire d’une maîtrise en sociologie, il a exploré le rôle critique de l’empathie pour engendrer de l’action sociale et répondre à la crise climatique. En 2018, à titre de délégué du Canada aux rencontres de l’Organisation mondiale de la Santé, il a été mandaté pour représenter la jeunesse sur le dossier de l’environnement, des changements climatiques et de la santé. Convaincu que la force du changement réside dans l’union, Charles-Antoine a oeuvré auprès de nombreuses organisations, dont la Commission canadienne pour l’UNESCO et IFMSA-Québec. Récemment, il a cofondé l’organisme Bien-être numérique. Reconnu pour son engagement social et son leadership, Charles-Antoine a remporté le prix du Temple de la renommée médicale canadienne en 2018 et le prix Leadership pour jeunes chefs de file de l’Association médicale canadienne en 2019.

Marilou Bayard Trépanier

Montréal


Étudiante en sciences humaines au Cégep de Saint-Laurent et au Cégep Vanier, Marilou Bayard Trépanier aime se questionner et débattre sur les enjeux de société. C’est cette curiosité incessante qui l’a amenée à s’impliquer dans son école secondaire dans des activités de toutes sortes, de la création d’ateliers de sensibilisation aux changements climatiques à la rédaction d’articles engagés au journal étudiant. Son engagement, son ouverture et son parcours scolaire au sein du Collège Mont-Saint-Louis lui ont valu le titre d’Élève MSL. L’an dernier, elle participait à l’organisation des manifestations du collectif Pour le futur Montréal qui avaient lieu tous les vendredis. En 2018, Marilou a siégé au Conseil Jeunesse de Papineau et au sein du jury du Prix Équilibre, qui récompense les initiatives faisant la promotion de la diversité dans l’industrie de la mode et des médias. Cette année, elle participera à la Simulation des Nations Unies à New York.

Marie-Clarisse Berger

Rivière-du-Loup, déléguée d'ENvironnement JEUnesse à la 25e conférence des parties


Étudiante de première année en science politique avec une mineure en études hispaniques de l’Université McGill, Marie-Clarisse Berger souhaite se diriger vers le domaine des relations internationales et de la mondialisation afin de devenir diplomate. Du haut de ses 19 ans, elle a participé au Forum étudiant de l’Assemblée nationale ainsi qu’au programme Héritières du suffrage à Ottawa, où elle a eu l’occasion de livrer un discours portant sur la réforme du mode de scrutin à la Chambre des communes. Engagée depuis plusieurs années, notamment dans les milieux de la littérature et de l’improvisation ainsi qu’au sein d’équipes sportives de niveau compétitif, Marie-Clarisse a senti le besoin de s’impliquer activement dans la cause féministe. Membre du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de Kamouraska–Rivière-du-Loup–Témiscouata–Les Basques depuis février, Marie-Clarisse a rasé ses cheveux et a amassé des dons pour les victimes d’agressions sexuelles. Elle s’intéresse à l’intersectionnalité des luttes, au gaspillage alimentaire et au véganisme.

Sandrine Giérula

Laval, déléguée d'ENvironnement JEUnesse à la 25e conférence des parties


Âgée de 20 ans, Sandrine Giérula est étudiante au baccalauréat en études internationales à l’Université de Montréal. Les intérêts de Sandrine vont des différents mécanismes interétatiques favorisant la coopération internationale au développement durable, notamment par le biais des conventions-cadres et des organes subsidiaires. Son rôle de formatrice au Collège André-Grasset dans le cadre d’une délégation honorifique à la Simulation des Nations Unies à New York a récemment nourri cette passion pour la diplomatie. Parallèlement à ses études, Sandrine réalise un documentaire environnemental sur la nécessité d’une transition écologique au Québec. Cet engouement pour la résilience est en accord avec son mode de vie durable et les projets citoyens tels les Forums sociaux mondiaux auxquels elle prend part. Son parcours militant a été reconnu par la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse.

Félix Giroux

Montréal, délégué d'ENvironnement JEUnesse à la 25e conférence des parties


Tant professionnellement que personnellement, Félix se dévoue à co-créer la transition vers une société verte et inclusive. Il détient un baccalauréat en gestion durable de l’Université McGill et commencera sa maîtrise en politique environnementale à la London School of Economics en 2020. Il travaille présentement chez Credo, une firme-conseil en impact social, où il aide les organisations à imaginer leur rôle dans la transition écologique et la lutte aux changements climatiques ainsi qu’à avoir un impact social positif. Félix facilite la gestion du changement dans les secteurs privé et social. Il adore travailler avec des organisations qui sont prêtes à mettre la main à la pâte. Avide lecteur, il s’intéresse aux innovations et initiatives en lien avec la transition. Félix est toujours ouvert à la discussion et à se laisser inspirer par d’autres acteur·trice·s de changement, dont les jeunes leaders d’ENvironnement JEUnesse!

Léa Ilardo

Montréal, déléguée d'ENvironnement JEUnesse à la 25e conférence des parties


Léa Ilardo est cofondatrice et co-porte-parole du collectif La planète s’invite à l’Université, qui s’inscrit dans le mouvement mondial de grève étudiante pour le climat et qui a réuni quelque 150 000 personnes dans les rues de Montréal le 15 mars 2019 à l’occasion d’une manifestation mondiale pour le climat. Candidate à la maîtrise à l’Université de Sherbrooke en études politiques appliquées – cheminement en environnement –, elle se spécialise sur les questions de politique environnementale en lien avec les négociations internationales sur le climat. Elle est également vice-présidente de l’Association québécoise Zéro Déchet. Léa se mobilise afin de briser le statu quo et de forcer les autorités publiques à s'activer dans la lutte contre les changements climatiques.

Juliette Lafond

Lachine


Étudiante au Collégial international Sainte-Anne, Juliette Lafond entreprend ses études en sciences humaines profil administration-marketing. À travers son implication de longue date au sein de sa communauté et de son école secondaire, elle a développé une sensibilité envers les enjeux sociaux et internationaux. Ses valeurs se reflètent dans ses actions, que ce soit pour la protection environnementale ou pour aider les gens autour d’elle. La participation à plusieurs stages humanitaires de Juliette a forgé la personne engagée qu’elle est devenue. Juliette est récipiendaire de la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse en 2019, symbolisant son implication au sein des causes qui lui sont chères. Elle désire poursuivre ses études en ressources humaines.

Ruthbec Laau-Trépanier

Québec


Ruthbec Laau-Trépanier est étudiante au baccalauréat intégré en affaires publiques et relations internationales. Ministre de l’environnement dans son secondaire, elle a reçu le certificat du Compagnon «Or» ainsi que le prix du Compagnon engagé lors de sa graduation. Elle était également jeune ministre de l’environnement pour la région de la Capitale-National au sein du Conseil national des jeunes ministres de l’environnement. Au cégep, Ruthbec était impliquée dans le comité environnemental et le café étudiant. Elle est présentement impliquée dans le collectif La planète s’invite à l’Université de l’Université Laval. Bénévole au Centre de loisirs Saint-Benoît depuis plus de 10 ans, Ruthbec adore aussi offrir de son temps de façon ponctuelle, que ce soit comme sauveteure, comme monitrice de natation ou auprès de diverses organisations comme Héma-Québec, Opération Enfant Soleil, Moisson Québec, le Noël des Enfants, la Fête Arc-en-ciel de Québec, la Parade des jouets, la Fondation Monique-Fitz-Back, etc.

Zy St-Pierre-Bourdelais

Saint-Jean-sur-le-Richelieu


Étudiant.e en technologie de l’architecture passionné.e de design novateur et écologique, Zy reçoit en 2018 la médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse pour ses implications environnementales. Zy participe activement au recours collectif québécois contre le gouvernement canadien pour son inaction climatique des vingt-cinq dernières années. Présentement employé.e à l’Association générale étudiante du Cégep du Vieux Montréal, Zy s’implique dans sa communauté collégiale, notamment en participant à la mise sur pied du programme d’accueil d’étudiant.es réfugié.es, et s’implique quotidiennement à la construction d’une société plus résiliente. Zy est bénévole auprès de l’organisme GRIS-Montréal qui a pour objectif de démystifier l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les écoles grâce au témoignage. Zy s’intéresse à l’autosuffisance, à la décroissance, à la mode éthique, à la mobilisation citoyenne, à l’éducation relative à l’environnement, à l’architecture durable et à mille autres sujets!

Rodrigue Turgeon

Amos, délégué d'ENvironnement JEUnesse à la 25e conférence des parties


Originaire d’Amos, Rodrigue Turgeon s’est démarqué grâce à son implication bénévole dans la protection de l’esker Saint-Mathieu-Berry, menacé par un projet minier controversé. Il a cofondé le Comité citoyen pour la protection de l’esker et en est maintenant co-porte-parole. Son engagement lui a valu le prix Porteur d’espoir 2019 décerné par l’organisme Jour de la Terre. Il dédie présentement ses énergies à la défense du territoire du Nord du Québec face au projet Gazoduq/GNL en tant que cofondateur et membre actif du collectif «Gazoduq, parlons-en!». Engagé depuis le secondaire, Rodrigue a fondé la Solidarité étudiante contre les oléoducs, conduisant l’Université de Sherbrooke à s’engager dans la voie du désinvestissement des énergies fossiles. Rodrigue est titulaire d’un baccalauréat en droit et d’un diplôme de 2e cycle en common law et droit transnational. Il est présentement en voie d’obtenir une maîtrise en biologie à l’Université de Sherbrooke, en plus d'être étudiant à l’École du Barreau ainsi que chargé de cours à la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke.