Pas besoin d’une première auto à l’Académie les Estacades

Au-delà de mon action: les actions collectives
27 avril 2021
De l’importance de la diversité
11 mai 2021

À l’Académie les Estacades, située à Trois-Rivières, la mobilité durable occupe une place importante. À travers des activités de sensibilisation et de formation tenues à l’Académie, le message véhiculé est clair: on n’a pas besoin d’une première auto!

Déplacer les priorités

L’idée de mener un projet en lien avec la mobilité durable est issue d’une prise de conscience du comité environnemental sur l’impact du secteur des transports sur l’environnement. «Quand on a réalisé que le secteur des transports est un des principaux émetteurs de CO2, on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose», affirme Karine Champoux, technicienne de travaux pratiques à l’Académie les Estacades.

L’Académie est passée de la parole aux actes en offrant plusieurs activités de formation et de sensibilisation sur la thématique de la mobilité durable: une conférence sur les impacts environnementaux de la voiture et les bénéfices de la mobilité durable a eu lieu à l’école et a été enregistrée afin que les élèves puissent la visionner ultérieurement. Des formations sur la mise au point d’un vélo seront aussi offertes aux élèves de l’Académie.

Prochainement, les élèves pourront aussi calculer le coût d’une première voiture à l’aide d’un questionnaire créé par les membres du comité environnemental. Ce questionnaire permettra aux élèves de prendre conscience du coût élevé lié à la possession d’une automobile et des économies engendrées par l’utilisation des transports en communs et des transports actifs, comme le vélo ou la marche. L’Académie inaugurera aussi une affiche de sensibilisation sur le transport actif qui sera apposée à proximité du stationnement à vélo.

Un projet qui marche!

Déjà, les activités démontrent un certain engouement chez les élèves. Lors de la conférence sur la mobilité durable, les élèves étaient bien heureuses et heureux de découvrir qu’il existe des alternatives à l’utilisation de l’automobile et que la possession d’une voiture n’est pas un prérequis pour vivre convenablement. Le succès de cette activité a pavé la voie au comité environnemental qui réfléchit à d’autres activités sur la mobilité durable pour les prochaines années; ce projet est donc là pour rester.

«Les élèves du secondaire sont à un âge critique où la possession d’une voiture est à portée de main» mentionne Karine Champoux. «Si on peut retarder l’achat d’une première auto, on pourra dire mission accomplie.»

Pour le programme Pour des écoles plus vertes

Photo par Coen van de Broek sur Unsplash