Un îlot de tri polyvalent à l’école secondaire Mont-Royal

Le vermicompostage fait son entrée à l’école secondaire de l’Odyssée
17 janvier 2023
Offre de stage: Personne agente de soutien aux programmes
17 janvier 2023

L’école secondaire Mont-Royal, membre du programme Matière verte, a réalisé un projet créatif avec la mise en place de l’Ilot écocentre, un nouveau pôle environnemental éducatif visant la collecte de différentes catégories de matériaux. Visant une centralisation des besoins, une meilleure gestion de neuf catégories de matières et un soutien pédagogique en environnement, l’initiative est devenue un véritable projet collectif pour l’école.

Réflexion, organisation, création

Les jeunes ont été maîtres de l’initiative du début à la fin : plusieurs comités se sont impliqués à chaque étape en fonction de leurs intérêts et un concours d’affiche a ensuite été réalisé pour ajouter une dimension esthétique. 

En plus du volet créatif, l’éducation relative à l’environnement est au coeur du projet puisqu’il vise à enseigner les bonnes pratiques en termes de gestion des matières résiduelles aux élèves de l’école, de centraliser les dons pour des évènements comme la guignolée et de récupérer le matériel scolaire pour le redistribuer.

Un îlot de tri en trois grandes étapes

Les autres écoles peuvent facilement reproduire ce projet en suivant quelques étapes très simples :

  1. Réflexion quant aux besoins de la communauté scolaire
    Les comités d’élèves constituent des alliés incontournables pour la réalisation d’un tel projet, tout comme la direction et les membres du personnel. Il faut notamment réfléchir aux besoins, à l’échéancier, à l’emplacement, aux matériaux nécessaires et au budget disponible. Finalement, le type de déchets et leur quantité peuvent varier d’une école à l’autre. Les crayons, les feutres et les piles ne sont que quelques exemples d’objets pouvant être récupérés.
  2. Réalisation du projet
    Lorsque possible, la réutilisation de matériel est à prioriser. Dans le cas de l’école secondaire Mont-Royal, un meuble a été acheté pour faciliter l’organisation des matières et l’esthétique a été conçue par les élèves à l’aide de matériaux recyclés. Des élèves se sont portés bénévoles pour la construction du meuble, d’autres ont participé au concours de dessin. Un tel projet peut s’échelonner sur quelques semaines, dépendamment de la taille de celui-ci et des activités qui y sont rattachés. Les possibilités sont infinies !
  3. Communications
    Le succès du projet de l’école secondaire Mont-Royal repose notamment sur un bon plan de communication. Les détails et le fonctionnement de l’initiative ont été diffusés de plusieurs façons à travers l’établissement. L’intercom, les réseaux sociaux, les affiches et des courriels destinés aux parents sont tous des moyens efficaces pour rejoindre différents publics cibles.

Franck Potwora, animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire au sein de l’établissement conclut en donnant quelques conseils pour ceux qui aimeraient reproduire le projet : « communiquer au maximum, réaliser des activités publiques pour faire connaître le projet et inclure un maximum de personnes, ça peut avoir un effet sur [son] succès ! » Comme quoi une petite initiative peut amener de grands changements !