La jeunesse demande au conseil des ministres canadien de bloquer l’approbation de la mine Teck Frontier

Sondage: Les Québécois·es en faveur d’un effort accru pour financer l’électrification des transports
10 février 2020
Collecte de matière organique au Cégep Gérald-Godin
18 février 2020

En ce début de décennie, l’alarme de la crise environnementale retentit partout sur la planète. Des feux dévastateurs en Australie, aux précipitations de neige paralysantes à Terre-Neuve, en passant par les inondations meurtrières en Indonésie et à Madagascar. La nature se déchaine après toutes ces années où nous avons ignoré les scientifiques. Nous subissons actuellement un avant-goût de l’apocalypse qui nous attend, car nous poursuivons notre consommation effrénée des ressources naturelles de la Terre.

Nous, les jeunes, n’attendons plus. Chaque fois que l’action climatique est repoussée à plus tard, c’est une partie de notre futur qui nous est retirée. Chaque vote en faveur d’un projet de combustible fossile a une incidence sur notre présent et notre avenir collectif. Depuis des mois, partout au pays, nous descendons dans les rues pour exiger que vous preniez des décisions en accord avec la science afin de pouvoir grandir sans l’inquiétude de voir notre pays et notre planète devenir inhabitables. Depuis novembre 2018, ENvironnement JEUnesse et les jeunes du Québec ont pris la voie des tribunaux pour exiger des actions de la part du Canada à la hauteur de la crise climatique. En juillet 2019, un sondage mené par la firme Mainstreet indiquait que 61 % des Canadien·ne·s étaient en accord avec l’idée que le gouvernement devait agir pour résoudre les changements climatiques, même si cela impliquait que l’économie pouvait en souffrir. En septembre, un sondage commandé par ENvironnement JEUnesse montrait que 72 % des Canadien·ne·s se disaient en accord avec les revendications des jeunes. En octobre 2019, 2 électeur·trice·s canadien·ne·s sur 3 votaient pour un parti qui avait mis la lutte aux changements climatiques en priorité.

Nous, les jeunes, exigeons que nos ministres prennent action immédiatement pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre de manière ambitieuse et équitable. La première étape est de rejeter le projet de mine Frontier de Teck Resources. Ce projet aurait des impacts irréversibles et dramatiques.

Chacun des 292 km2 visés par le projet fait partie d’un écosystème qui abrite une flore et une faune riches, notamment des bisons et des oiseaux migrateurs ; ils seraient détruits et contaminés à jamais.

Chacune des communautés autochtones affectées renforcerait la situation coloniale d’un pays dont nous aimerions pouvoir être fier·ère·s!

Chacun des 260 000 barils de bitume qui en serait extrait chaque jour mettrait en péril notre avenir. Chacun des emplois créés dans l’industrie pétrolière enfermerait un·e citoyen·ne de plus dans un secteur économique sans avenir.

Chaque dollar dépensé pour ce projet amènerait un peu plus loin notre économie et notre avenir dans un monde invivable.

Nous vivons déjà les conséquences des changements climatiques, et vous avez la responsabilité de protéger notre présent, notre avenir et celui des générations qui nous succéderont.

Nous nous adressons à toutes et à tous les ministres du conseil des ministres du Canada pour vous demander de bloquer l’approbation de la mine Frontier de Teck Resources.

Modèle de lettre à télécharger

Liste des signataires

Cette lettre est un texte collectif d’ENvironnement JEUnesse (ENJEU) et de la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social (CEVES). Elle a été envoyée à toutes et tous les ministres fédéraux.

Catherine Gauthier, directrice générale d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 30 ans
Loïc de Fabritus, président du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 35 ans
Alix Ruhlmann, membre du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 24 ans
Sandrine Giérula, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiante en géographie environnementale, Laval, 20 ans
Marie-Clarisse Berger, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiante en Science politique, Rivière-du-Loup et Montréal, 20 ans
Félix Giroux, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et consultant, Montréal, 23 ans
Léa Ilardo, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et candidate à la maîtrise à l’Université de Sherbrooke, Montréal, 21 ans
Joé St-Germain, chargé de projet aux certifications chez ENvironnement JEUnesse, Montréal, 26 ans
Rodrigue Turgeon, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiant en droit, Amos, 26 ans
Béatrice Allard, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiante en droit civil à l’Université d’Ottawa, Montréal et Ottawa, 21 ans
Zy St-Pierre-Bourdelais, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiant·e en Technologie de l’architecture, Montréal, 20 ans
Erika Salem, membre du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 33 ans
Juliette Lafond, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiante en science humaine, Montréal, 18 ans
Marie Legivre, membre du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 33 ans
Hugue Asselin, membre du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 41 ans
Florence Debellefeuille Dunberry, chargée de projet aux communications d’ENvironnement JEUnesse, Montréal, 23 ans
David Morin, membre du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, Mont-Saint-Hilaire, 21 ans
Ruthbec Laau-Trépanier, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiante au Baccalauréat intégré en affaires publiques et relations internationales, Québec, 19 ans
Charles-Antoine Barbeau-Meunier, jeune leader en environnement d’ENvironnement JEUnesse et étudiant en médecine, Sherbrooke, 32 ans
Geneviève Albert, consultante en environnement, Montréal, 34 ans
Jean-François Veilleux, membre d’ENvironnement JEUnesse, 31 ans
Laurence Williams, membre du conseil d’administration d’ENvironnement JEUnesse, 26 ans
Léonard Leclerc pour la CEVES, attaché de presse, Montréal, 20 ans

À propos d’ENvironnement JEUnesse

Créé en 1979, ENvironnement JEUnesse (ENJEU) est un organisme d’éducation relative à l’environnement qui vise à conscientiser les jeunes du Québec aux enjeux environnementaux, les outiller à travers ses projets éducatifs et les inciter à agir dans leur milieu. ENvironnement JEUnesse est un réseau qui valorise le développement de l’esprit critique et qui donne la parole aux jeunes engagé·e·s afin qu’il·elle·s fassent connaître leurs préoccupations, leurs positions et leurs solutions concernant les enjeux environnementaux actuels.

À propos du Programme Jeunes leaders pour l’environnement

Pour souligner ses 40 ans, ENvironnement JEUnesse a lancé le programme Jeunes leaders pour l’environnement qui vise à former et à soutenir une relève d’ambassadeur·drice·s pour le climat. Ils·elles offrent des conférences afin de mieux comprendre la crise climatique et ses solutions tant individuelles que collectives.

À propos de la CEVES

Afin que 2020 soit l’année de l’action, Pour le futur Montréal et Québec (PLF), le Devoir Environnemental Collectif (DEC) et La planète s’invite à l’Université (LPSU) s’associent pour créer la CEVES : la Coalition étudiante pour un virage environnemental et social. La coalition revendique un Plan national d’urgence pour la justice climatique et lance un appel à la grève climatique du 30 mars au 3 avril 2020.