Une gestion exemplaire des matières dangereuses au Cégep de Trois-Rivières

Les jeunes en marche pour le climat
7 février 2019
Grève et manifestation étudiante pour le climat
18 février 2019

Au cours de l’année 2017-2018, le Cégep de Trois-Rivières, certifié Cégep vert du Québec niveau Excellence, s’est démarqué grâce son excellente gestion des matières résiduelles et dangereuses. Grâce aux efforts de Madame Virginie Laurin, enseignante au département de chimie et responsable en santé et sécurité du travail, l’entreposage et la récupération des produits dangereux ainsi que la gestion des produits corrosifs ont été revus afin de mettre en place des procédures plus respectueuses de l’environnement.

Une gestion améliorée des produits dangereux

Le cégep stockait depuis quelques années des produits difficiles à récupérer. Les piles, les pots de peinture et les bonbonnes de propanes s’accumulaient sans pouvoir être envoyés à l’écocentre en raison de leur trop grande quantité. En partenariat avec l’équipe de maintenance, Madame Laurin a mis en place un procédé pour dépressuriser les bonbonnes de propanes, dont le métal a pu être valorisé. La peinture a été envoyée dans une usine de récupération de la région. De nouvelles procédures ont également été adoptées pour stocker et récupérer les piles, l’huile et les autres matières dangereuses.

Une meilleure communication entre les départements

En s’intéressant aux achats du cégep, Madame Laurin a réalisé que certains départements jetaient des produits dont ils n’avaient plus besoin, alors qu’ils auraient pu servir à d’autres départements. Un système d’inventaire à l’échelle de l’établissement a donc été mis en place par l’une de ses collègues, Dominique Cayouette, pour faciliter les communications et mettre en commun les produits disponibles. Tous les départements ont mis la main à la pâte afin d’inventorier leurs produits chimiques et lier leurs fiches au système informatique.

Désormais, les achats inutiles sont évités, car chaque département indique les produits qu’il détient et leur quantité et peut consulter les articles disponibles. En plus de permettre des économies à l’établissement, ce système évite le gaspillage et aide à réduire la quantité de matières résiduelles générées.

Nouvelles procédures et substitutions

La gestion responsable des produits chimiques utilisés dans les laboratoires est un défi de taille. En collaboration avec différents départements, Madame Laurin a travaillé à élaborer des procédures pour neutraliser ou disposer des matières dangereuses tout en respectant l’environnement. Elle a également aidé à trouver des substituts moins corrosifs ou dangereux aux produits utilisés. Par exemple, l’acide chlorhydrique utilisé dans les laboratoires de biologie a été remplacé par de l’acide citrique, une alternative plus facile à neutraliser et plus respectueuse de l’environnement.

Des efforts reconnus

Madame Laurin met en place des procédés plus sécuritaires, mais elle s’assure également de transmettre ses connaissances au reste de la communauté. En effet, elle enseigne les procédures en cas de déversement et les techniques de neutralisation aux quelque 300 étudiant(e)s en sciences de la nature.

De plus, en 2017, la CSST a souligné les efforts de Madame Laurin en lui accordant le prix Leader en santé et sécurité du travail pour son implication et pour ses procédés ingénieux et créatifs. L’obtention de ce prix confirme l’importance des efforts effectués pour mieux gérer les produits dangereux.

En somme, l’ardeur du travail effectué par Madame Laurin permet au Cégep de Trois-Rivières d’assurer une gestion responsable, ingénieuse et économique des matières dangereuses.

Pour en savoir plus

Le Cégep de Trois-Rivières Le programme Cégep Vert du Québec À propos d'ENvironnement JEUnesse