Cinq femmes honorées par le Réseau des femmes en environnement

Béatrice initie son école au zéro déchet
25 juillet 2019
Pour une justice climatique féministe
7 août 2019

Le 11 juin 2019, le Réseau des femmes en environnement célébrait son 20e anniversaire en grand. Pour l’occasion, l’organisme a rendu hommage à cinq femmes pour leur apport exceptionnel au milieu de l’environnement et du développement durable québécois dans le décor enchanteur que propose l’Espace La Fontaine à Montréal. Portraits.

Luce Balthazar: 35 ans d’engagement en environnement


Originaire de Montréal, Luce Balthazar s’est établie près de Rimouski en 1982. Elle œuvre dans le milieu environnemental depuis environ 35 ans et au sein du Conseil régional de l’environnement de l’Est-du-Québec comme bénévole puis comme directrice. Depuis 1996, c’est au Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent qu’elle occupe ce poste. À titre de bénévole ou d’employée, elle s’est impliquée dans de nombreux mouvements ou organismes qui ont marqué l’histoire environnementale du Québec, dont l’Union québécoise pour la conservation de la nature, Stratégie Saint-Laurent, la Coalition sur les forêts vierges nordiques, le Réseau québécois des groupes écologistes, la Coalition Eau Secours et le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec. Elle est chargée de cours à l’Université du Québec à Rimouski depuis près de 30 ans en didactique des sciences.

Catherine Gauthier: la moitié de sa vie dédiée à l’environnement


Dès 2005, à l’âge de 16 ans, elle monte à la tribune pour s’adresser aux quelque 10 000 délégué.e.s de la 11e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Depuis, Catherine prend activement part aux négociations climatiques internationales pour exiger une plus grande justice climatique et une participation accrue de la jeunesse. Le 26 novembre 2018, au nom de toutes et tous les jeunes du Québec âgé·e·s de 35 ans et moins, elle a déposé une poursuite climatique contre le gouvernement du Canada. Titulaire d’une maîtrise en droit international et politique internationale et chargée de cours à l’Université de Sherbrooke, Catherine Gauthier est directrice générale d’ENvironnement JEUnesse depuis 2016.

Marie-Ève Maillé: acceptabilité sociale et luttes légales


Spécialisée en évaluation des impacts sociaux et en acceptabilité sociale, Marie-Ève Maillé est professeure associée au Centre de recherche interdisciplinaire sur le bien-être, la santé, la société et l’environnement à l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse de doctorat a été déposée en preuve dans un recours collectif intenté par les citoyen·ne·s contre le promoteur Éoliennes de l’Érable. En 2017, elle a gagné sa bataille pour protéger la confidentialité des données tirées de sa thèse. À l’automne 2018, elle a d’ailleurs publié un livre inspiré de cette saga judiciaire : L’affaire Maillé. Auteure et militante engagée, Marie-Ève lance sa propre pratique de consultation en communication et médiation environnementales avec Notre Boîte à l’été 2016.

Maude Prud’homme: écoféministe engagée dans la transition


Maude Prud'homme est engagée dans des causes environnementales et sociales depuis le milieu des années 90, notamment par des activités d'autonomie alimentaire, d'éducation populaire autonome puis de militance étudiante et altermondialiste. Elle a ensuite pris part à divers médias indépendants et luttes liées aux forêts anciennes puis aux hydrocarbures. Maude partage est déléguée à la transition au Réseau québécois des groupes écologistes et impliquée activement au Front commun pour la transition énergétique. Elle offre aussi des formations sur les perspectives écoféministes et la co-construction d’une démarche vers un mode de vie paysan en Gaspésie. (Crédit photo : Acadie Nouvelle)

Anne-Marie Saulnier: la consommation responsable au coeur de ses activités


Anne-Marie Saulnier est experte en achat responsable. Elle a mené des études de 2e cycle en relations industrielles durant lesquelles elle a documenté l’impact de codes de conduite d’entreprises américaines dans des usines de sous-traitance basées en Amérique centrale. Sur la base du résultat de ses recherches, elle a développé des politiques et des plans d’action sur l’achat responsable au Québec et en Chine. Elle a cofondé et consacre actuellement tout son temps à la direction générale de l’Espace de concertation sur les pratiques d'approvisionnement responsable, un réseau de leaders qui collaborent pour accélérer la mise en place de l’achat responsable.

À propos du Réseau des femmes en environnement

Le Réseau des femmes en environnement a pour mission de créer et promouvoir des actions novatrices et de fournir un espace de dialogue aux femmes afin d’améliorer la qualité de l’environnement, la santé et le bien-être.