La mobilité durable, c’est penser en communauté!

Photo en contre-plongée représentant les troncs et feuilles d'arbres.
Offre de stage: Personne agente de soutien aux programmes
21 avril 2022
Près de 80 CPE et garderies engagés pour les familles… et pour l’environnement!
9 mai 2022

On ne se le cachera pas, les bonnes nouvelles concernant l’état de santé de notre planète se font plutôt rares depuis quelques années. Parfois, on peut avoir l’impression de n’avoir que très peu de poids dans ce combat. Il existe toutefois des initiatives inspirantes qui peuvent donner une voix à différentes personnes actrices du changement et des avenues professionnelles pour les personnes qui cherchent à s’impliquer au quotidien.

Par où commencer?

Il n’y a évidemment pas de mauvaise réponse à cette question: tous les gestes comptent! Cependant, en regardant autour de nous, à l’échelle de notre quartier, de notre ville, nous pouvons déjà constater que des changements s’opèrent assez rapidement. En effet, l’aménagement des villes, et plus précisément la gestion des espaces de stationnement, constitue un excellent point de départ.

Pourquoi réfléchir aux espaces de stationnement?

Savais-tu qu’on «dénombre plus de 3 millions de cases de stationnement dans l’agglomération de Montréal, ce qui représente près de 10% de la superficie de l’île de Montréal?» (Gravel, 2017). L’ancien directeur adjoint du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal), Félix Gravel, explique que ces stationnements accaparent de l’espace urbain, créent des îlots de chaleur dans la ville et nuisent à l’écoulement des eaux de pluie en raison de leurs surfaces minéralisées (Gravel, 2017). Il s’agit d’espaces négligés qui bénéficieraient d’un aménagement écoresponsable et qui pourraient être repensés de manière à favoriser la mobilité durable.

Jean-Philippe Laliberté, professionnel en design urbain et co-fondateur de la coopérative en aménagement et développement territorial Le Picbois, nous explique davantage ce point lors de notre entretien avec lui: «10% de la ville de Montréal en stationnement, c’est beaucoup d’espace utilisé pour entreposer des voitures à l’extérieur. Ces superficies pourraient être, en partie, réinvesties de manière à améliorer le paysage de nos rues, donner plus de place à la mobilité active tout en les transformant en espaces citoyens de rencontre et d’échange.» Autrement dit, en plus des bénéfices environnementaux engendrés par le verdissement des villes, on pourrait aussi ramener la rue à son statut d’espace public, de milieu de vie, et non uniquement d’espace de circulation ou d’entreposage de véhicules privés.

Le concours CASES: une occasion de t’impliquer dans la réflexion

À la lumière des éléments qui ont été expliqués précédemment, tu dois te demander comment tu peux avoir un impact sur l’aménagement des villes ou encore des espaces de stationnements.

Convertir, Aménager, Substituer et faire Évoluer le Stationnement: ça sonne bien, non? C’est exactement ce que te propose le concours CASES du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal). C’est le temps de faire aller ton imagination et de rêver à ton idéal urbain!

Ce concours fait appel à la créativité des personnes participantes provenant de différents milieux liés à la mobilité durable et à l’aménagement du territoire (organisations communautaires, firmes d’urbanisme et d’architecture, cégeps, universités, etc.) pour proposer des idées de projets d’amélioration ou d’utilisation alternative des aires de stationnement, sur rue et hors rue, à Montréal.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne J’embarque! Les rendez-vous de la mobilité durable 2022. Selon le site web du concours, les projets proposés doivent répondre à un besoin d’ordre social, environnemental ou économique et proposer une solution concrète à cette problématique. Tout comme le Park(ing) Day, qui en était à sa dernière édition en 2021, l’événement vise à mettre de l’avant plusieurs enjeux et à favoriser un rééquilibre entre l’espace extérieur alloué aux véhicules privés et celui qui est destiné à la mobilité douce (marche, vélo, espaces verts, lieux publics).

Quelle forme ça peut prendre?

Si ton hamster est déjà en marche, c’est bon signe! Croquis, dessin, maquette, plan, rendu 2D ou 3D… laisse parler ta créativité! Tu as jusqu’au 15 mai 2022 pour soumettre ta candidature.

Il peut être intimidant de participer à un concours du genre, mais le fait de proposer ta vision contribue à alimenter une discussion très importante. Même si ce ne sont pas tous les projets qui sont retenus, les idées peuvent inspirer les personnes décideuses et les rendre plus sensibles aux enjeux d’aménagement durable.

Voici un exemple de proposition parmi tant d’autres:

Image: Plan du projet stationnement Éthel. Crédit: ADHOC.

Peut-être dans quelques années…

Ça t’intéresse de pouvoir participer à de telles initiatives dans le futur, mais tu ne te sens pas tout à fait prête ou prêt? Sache qu’il existe de nombreux programmes d’études et des avenues professionnelles qui te permettront de t’impliquer dans la lutte aux changements climatiques en passant par l’aménagement du territoire. La mobilité durable peut prendre davantage de place dans nos villes, mais ces dernières doivent être pensées de manière à favoriser, à encourager la mobilité durable.

Voici quelques exemples de parcours universitaires ou de milieux de travail qui te permettront de réfléchir à comment rendre notre environnement plus durable:

Si tu souhaites en savoir plus sur le concours, que ce soit pour y participer ou bien pour voir les projets qui seront proposés, c’est par ici!

Nous sommes toutes des personnes actrices du changement, commençons dès maintenant!

Référence

Gravel, Félix. (2017). Stationnement: des solutions face aux enjeux climatiques.

À propos de cet article

Cet article a été rédigé par Gabrielle Camiré dans le cadre du cours COM2018 – Éléments de relations publiques offert par l’Université de Montréal à l’hiver 2022. Il a été révisé par l’équipe d’ENvironnement JEUnesse.

Image de couverture: Halvorson Design.