Accueil du site > À propos > Nouvelles

Le ROEÉ invite le gouvernement à donner la priorité à l’efficacité énergétique

Politique énergétique 2016-2025 - Communiqué de presse
15 juin 2015

Montréal, vendredi 12 juin 2015 – Le gouvernement du Québec se dotera d’une nouvelle Politique énergétique 2016-2025 à l’automne 2015. À l’heure des choix fondamentaux que cela implique et considérant que M. Éric Martel, récemment nommé à titre de PDG d’Hydro-Québec, ne semble pas mettre le développement durable, le gaspillage énergétique et les gains nécessaires en efficacité énergétique au sommet de ses priorités d’action, le Regroupement des organismes environnementaux en énergie (ROEÉ) demande au gouvernement de placer l’efficacité énergétique et la réduction de la demande à la pointe au cœur de la nouvelle stratégie qui guidera nos actions collectives en ce qui concerne l’électricité, le gaz naturel et les autres filières de l’énergie.

Montréal, vendredi 12 juin 2015 – Le gouvernement du Québec se dotera d’une nouvelle Politique énergétique 2016-2025 à l’automne 2015. À l’heure des choix fondamentaux que cela implique et considérant que M. Éric Martel, récemment nommé à titre de PDG d’Hydro-Québec, ne semble pas mettre le développement durable, le gaspillage énergétique et les gains nécessaires en efficacité énergétique au sommet de ses priorités d’action, le Regroupement des organismes environnementaux en énergie (ROEÉ) demande au gouvernement de placer l’efficacité énergétique et la réduction de la demande à la pointe au cœur de la nouvelle stratégie qui guidera nos actions collectives en ce qui concerne l’électricité, le gaz naturel et les autres filières de l’énergie.

Le ROEÉ représente les intérêts de six groupes environnementaux québécois devant la Régie de l’énergie. Dans le document déposé aujourd’hui auprès du gouvernement dans le cadre de sa démarche vers une nouvelle politique énergétique pour le Québec, le ROEÉ constate des dysfonctionnements et incohérences importants dans le régime de régulation actuel. Conséquemment, le Regroupement formule plusieurs recommandations concrètes découlant notamment de ses interventions dans les dossiers en efficacité énergétique, tarifaires et approvisionnements à la Régie.

Le ROEÉ considère que ces choix essentiels pour l’avenir du Québec doivent se doubler de modifications législatives. Alain Saladzius, de la Fondation Rivières et membre du ROEÉ, déclare que « l’Assemblée nationale doit redonner à la Régie de l’énergie ses pleins pouvoirs sur Hydro-Québec, incluant les volets production et exportation, pour l’application de la planification intégrée des ressources (PIR) et en matière d’environnement. »

En outre, la Loi sur la Régie de l’énergie doit être modifiée afin de tenir compte du rôle croissant que le stockage d’électricité est appelé à jouer dans la recherche de l’équilibre énergétique et confirmer l’autorité et la responsabilité du tribunal de l’énergie sur les cibles et les programmes d’efficacité énergétique. Selon les experts et les analystes en énergie engagés par le ROEÉ, les meilleures pratiques nord-américaines et les intérêts tant économiques qu’environnementaux des Québécois dictent des cibles annuelles environ quatre fois plus élevées que celles visées sous la politique 2006-2015 par Hydro-Québec et Gaz Métro. Emmanuel Cosgrove, d’Écohabitation et membre du Regroupement, souligne que « le ROEÉ recommande le déploiement de mesures et de budgets permettant l’atteinte du maximum du potentiel réalisable d’économie d’énergie. »

En ce qui concerne l’électricité, pour des raisons à la fois économiques et environnementales, les efforts devraient se centrer sur la réduction de la demande en puissance électrique, surtout à la pointe d’hiver. Pour répondre à la demande de pointe, Hydro-Québec acquiert de l’électricité sur les marchés de court terme à très fort prix et souvent en provenance de centrales thermiques polluantes.

« Ce ne sont pas les surplus actuels d’énergie électrique chez Hydro-Québec et les prix temporairement bas pour du gaz naturel qui peuvent justifier de ne pas amorcer immédiatement les changements profonds dans notre relation avec l’énergie qui permettraient de mettre fin à la surconsommation et au gaspillage énergétique de la société québécoise » conclut Jean Plamondon, de la Fédération québécoise du canot et du kayak et membre du ROEÉ.

-30-

Le ROEÉ est composé de six groupes environnementaux, ENvironnement JEUnesse, la Fédération québécoise du canot et du kayak, la Fondation Rivières, Nature Québec, Écohabitation et le Regroupement pour la surveillance du nucléaire.

Consultez le mémoire complet « Priorité à la planification intégrée et à l’efficacité énergétique », déposé par le ROEÉ le 12 juin 2015 :

PDF - 312.5 ko
Priorité à la planification intégrée et à l’efficacité énergétique

Pour renseignements :
Laurence Leduc-Primeau - 514-699-9664
coordo.roee gmail.com

SAR présenté par RECYC-QUÉBEC CPE durable Cégep vert du Québec
Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse