La jeunesse québécoise rejoint le mouvement mondial

Par Emmanuel Précourt Senécal, journaliste
28 novembre 2011

Du 25 au 27 novembre s’est tenue la conférence de la jeunesse, une occasion pour la Délégation de la jeunesse du Québec de rencontrer et de travailler avec des jeunes du monde entier en vue de la conférence de Durban.

Ensemble pour changer les choses

La conférence de la jeunesse a débuté avec optimisme vendredi et une énergie électrisante. Plusieurs organisations ont commencé par présenter des campagnes et des projets fructueux. Parmi ces projets figuraient la mobilisation monstre contre le projet de pipeline Keystone XL et la campagne Say yes ! (dites oui !) en Australie d’imposer un plafond d’émissions des gaz à effet de serre.

C’est vers l’avenir que le regard de la jeunesse se porte. Séparés en sous-groupes, les participants ont discuté de leurs revendications communes et de leurs stratégies pour les défendre. Des rencontres ont également eu lieu afin que les jeunes ayant davantage d’expérience forment leurs collègues à suivre les négociations, interagir avec les médias et même réaliser des actions artistiques pour porter des messages.

La Constitution de la jeunesse

La conférence de la jeunesse est organisée par YOUNGO, la Constitution de la jeunesse qui donne une place officielle aux jeunes dans les négociations. Eh oui, les jeunes sont officiellement reconnus comme des acteusr à la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. YOUNGO possédait depuis 2009 un statut temporaire qui a été confirmé de façon permanente cette année. Cela permet notamment aux jeunes de s’exprimer en plénière et de faire de soumettre des propositions.

Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse