Et le Fossile de l’année est décerné...

Par Catherine Gauthier
7 décembre 2012

...au Canada et à la Nouvelle-Zélande ! Après un règne de cinq ans à titre de « Fossile de l’année », il semblerait que le Canada refuse de tirer sa révérence en tant que pays historiquement à la traine dans les questions climatiques. Au contraire, le Canada a maintenu avec force son inaction durant les discussions, avec pour seul rival la Nouvelle-Zélande.

Normalement, on décernerait à chacun de ces pollueurs en or la couronne, mais à l’examen des juges, nous avons pris une décision. Les sables bitumineux donnent, franchement, un avantage injuste dans cette compétition : le Canada se dope au carbone.

Pour un pays dont les émissions sont similaires à l’échelle des sables bitumineux canadiens, il faut reconnaître que la Nouvelle-Zélande a fait preuve d’un aveuglement exceptionnel face aux réalités scientifiques et politiques.

Étonnant plusieurs et décevant tous les pays, la Nouvelle-Zélande a lutté avec force pour vaincre le gagnant des cinq dernières années, le Canada, avec une campagne extrêmement égoïste et irresponsable. Alors que la Nouvelle-Zélande pourrait avoir contribué à affaiblir les négociations pour une nouvelle année, ses voisins, les petits pays vulnérables du Pacifique, devraient se ressaisir, car ils n’ont pas été oubliés : la Nouvelle-Zélande a l’intention de les noyer également.

Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse