Comment je suis devenue une « Climate Tracker » à la Conférence de Paris sur le climat

13 septembre 2016

Cet article s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Jeunes francophones dans l’action pour le climat » qui vise à faire connaître les actions et l’engagement de la jeunesse francophone pour lutter contre les changements climatiques.

Par Charlotte Flechet, Assistante technique junior dans le domaine de la coopération internationale

En décembre 2015, grâce au projet « Climate Tracker », j’ai eu l’incroyable chance de participer à la 21e Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CdP21) à Paris. Pendant deux semaines j’ai pu suivre les négociations de l’intérieur en compagnie d’une quinzaine de jeunes provenant du monde entier.

Tous à vos plumes pour lutter contre les changements climatiques

Pour moi, l’histoire a commencé en avril 2016. Je venais de terminer un stage dans une organisation de protection de la nature en Belgique, mon pays d’origine et allais en commencer un autre à Montréal. Entre les deux, je cherchais une opportunité qui me permettrait de m’impliquer à distance dans un projet visant à faire entendre la voix des jeunes. Fraîchement diplômée en relations internationales, je souhaitais m’investir concrètement dans les questions environnementales.

Grâce à la liste de diffusion du GYBN, le réseau global des jeunes pour la biodiversité, je découvre comment rejoindre « Climate Tracker », le plus grand mouvement mondial de jeunes écrivant à propos du changement climatique. Le projet propose d’aider les participants à influencer les plans d’action climatiques de leur pays et à les soutenir afin que leur voix soit entendue dans les débats nationaux sur le climat. Afin d’être éligible pour participer à la CdP21, tous les candidats devaient publier au moins un article dans un journal national lors de chacun des trois #CallForClimate, un casse-tête pour moi qui n’avais encore rien publié.

Une première expérience de l’écriture

Peu sûre de moi, je rédige alors un premier article sur la nécessité d’augmenter les synergies entre les politiques en faveur de la biodiversité et de lutte contre les changements climatiques en Wallonie, ma région d’origine. Après de nombreux refus d’éditeurs, une porte s’ouvre – enfin – et mon article est publié dans Le Vif L’Express, un des principaux journaux francophones belges. Ensuite, tout s’enchaîne : le coaching, les formations en ligne, de nouveaux articles et puis finalement, en octobre, la bonne nouvelle : j’irai à Paris pour la CdP21 ! Pendant deux semaines, l’équipe de « Climate Tracker » a couvert les négociations, au rythme de deux articles publiés par jour. Les infographies que nous publions sur notre site web pour décrypter le contenu des négociations ont eu tellement de succès que le site a fini par planter.

Des centaines de jeunes mobilisés pour faire pression sur leurs autorités

Au final, en 2015, plus de 350 jeunes ont publié environ 2 000 articles dans 107 pays, avec plus de 350 000 partages comptabilisés sur les réseaux sociaux. Et ces articles ne sont pas passés inaperçus… Certains ont été publiés dans des journaux aussi célèbres que El Pais en Espagne, le Huffington Post, The Indian Express, EU observer, et la liste est encore longue.

Grâce au projet, j’ai pu interviewer le ministre wallon de l’environnement sur la radio nationale. Ce fut aussi une incroyable aventure humaine au cours de laquelle nous avons tous beaucoup appris et échangé sur la réalité du changement climatique dans nos différentes régions du monde.

***

Ce projet est une initiative d’ENvironnement JEUnesse en collaboration avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse