Accueil du site > À propos > Nouvelles

Au fil du temps

Éditorial de Sandra Giasson-Cloutier
2 juin 2016

Avec l’année scolaire qui se termine, l’AGA qui vient de se tenir, le changement de direction générale qui est effectif et la saison estivale qui s’annonce riche en changement, l’heure des bilans a sonné.

Hier

Il y a six ans, j’entamais mes premiers pas chez ENvironnement JEUnesse. Jamais je n’aurais cru qu’un remplacement de congé de maternité pour la certification Cégep Vert du Québec me permettrait de transformer ce deuxième emploi « officiel » après mes études en un si long chemin. Suite à ma première année au sein de l’organisme, j’ai pu profiter de la création d’un poste pour y rester, puis un autre poste s’est libéré, celui de coordonnatrice du Service d’éducation environnementale que j’occupe depuis quatre ans déjà. Depuis le début, j’ai chapeauté environ dix projets différents, co-organisé six Bise d’automne et animé au moins 350 formations et ateliers. J’ai aussi vu bien des changements au sein de l’équipe, passant de huit à quatre employés selon les années, nouant des amitiés et rigolant un bon coup ! Parce qu’ENJEU ce fût ça dès le départ : du plaisir en travaillant, du travail dans le plaisir, du professionnalisme créatif et créateur et une mise en action de mes valeurs les plus fondamentales.

Aujourd’hui

L’équipe d’ENJEU s’active actuellement pour obtenir du financement auprès de différentes instances, notamment gouvernementales. Le retour de certaines subventions amène de l’espoir à ENJEU, mais également à un bon nombre d’organismes qui tenteront tous, à juste titre, d’obtenir leur part du gain, plus souvent qu’autrement pour subsister. La réalité n’est pas rose à tous les jours et le plaisir en prend parfois un coup.

Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas : le tissu social est fragile. Entre les pancartes des CPE en péril et les services essentiels coupés en milieu scolaire, l’épuisement professionnel se profile comme un fléau qui n’a pas l’air d’avoir été pris en compte dans les coûts sociaux des différentes coupures effectuées encore et encore par le gouvernement. Il se trouve là un manque flagrant de vision d’ensemble. Comment promouvoir le vivre ensemble, le développement durable et les saines habitudes de vie lorsque les acteurs qui portent ces projets ne peuvent eux-mêmes appliqués ces principes à leur propre vie à cause du contexte politique et social ?

Demain

Avez-vous vu le documentaire Demain, présentement en salles au Québec ? Courrez au cinéma, vous en ressortirez rempli d’espoir. Ce film donne drôlement envie de faire une petite (ou une grande, pourquoi pas ?) révolution sociale, environnementale (agriculture et énergie), économique et politique. Parce qu’il aborde tous ces aspects sous forme de courts reportages qui présentent des initiatives positives présentes aujourd’hui et maintenant partout dans le monde. L’existence de ces initiatives à l’heure actuelle permet de constater que les changements sont non seulement possibles, mais en cours ! Certes, ça prend du courage politique, mais il semble que ces changements viennent surtout du courage citoyen, celui dont chacun d’entre nous peut faire preuve. Pour ma part, je commencerai par une réflexion et une révolution personnelle, vers de nouveaux défis. Après tout, les plus grandes barrières sont celles que l’on se met soi-même.

- Sandra Giasson-Cloutier

SAR présenté par RECYC-QUÉBEC CPE durable Cégep vert du Québec
Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse Environnement Jeunesse